Historique

Histoire de l’Union Jurassienne du Métal

Il faut remonter au 19ème siècle, plus exactement en 1891 pour qu’une association se crée sur le plan Suisse.

Son nom : Union Suisse des maîtres forgerons et charrons, sous l’abréviation USMFC.

Par la suite des associations cantonales ont vu le jour, pour le canton de Berne : Union Cantonale Bernoise des maîtres forgerons et charrons. Donc, on le voit, les charrons font partie intégrante des associations de maréchaux, ces deux métiers se complétaient.

Une association des maréchaux est fondée en Ajoie le 19 novembre 1916 avec siège à Porrentruy. Elle comprend tous les villages d’Ajoie et du Clos du Doubs. A ce moment on ne parle pas des charrons.
Le syndicat des maréchaux d’Ajoie (c’est son nom) voit donc le jour en pleine 1ère guerre mondiale.
Il se compose de 23 membres fondateurs, soit environ 1 par village.

Cette association fonctionnera encore jusqu’au 31.12.1974 avec des hauts et des bas, des tiraillements avec le président qui n’est pas très psychologue, un secrétaire qui vient aux assemblées sans P.V., d’où un trou dans les archives !


 

Le 31.12.1974 l’association des maréchaux du district de Porrentruy est transformée en amicale qui se réunit 1 fois par année avec les dames devant un repas.

En 1998, le 19 janvier l’amicale est dissoute faute de combattants; en effet les membres sont trop âgés ou décédés.
Les différents comités se sont battus en permanence pour faire respecter les tarifs et les statuts, encaisser les cotisations, arbitrer les différents entre les membres.

A relever qu’à aucun moment, dans les P.V. on ne parle des salaires. Il faut admettre que ces gens travaillaient seuls. Ils n’étaient pas riches. Les clients avaient une sale habitude : ils payaient leurs factures à la St.-Martin !
Au début des années 70, première approche pour créer une association couvrant les districts francophones du canton de Berne.

L’année 1974 sert à mettre en place la nouvelle association, fixer les cotisations, rédiger des statuts, etc. Les cotisations par entreprises varient selon le nombre d’ouvriers occupés.

Le président est dynamique, on fait de la publicité auprès des entreprises, on facture les cotisations auprès des 43 entreprises qui ont adhéré, tout va bien. C’était sans compter sur la question Jurassienne et ses plébiscites en cascades dans les districts du Sud.
Le président n’a plus rien fait, il n’a pas supporté la création du canton du Jura.

Et pourtant, les membres en voulaient de cette association. On facturait les cotisations et presque toutes les entreprises les payaient. Preuve qu’elle tenait à cette UJM.


Il fallut tout le courage de Willy Bandi, qui avec Jean Meyer et Louis Dubey, ont décidé de convoquer une assemblée au restaurant de La Roche (Sceut).

Lors de l'assemblée de 2013, les membres ont accepté la modification du nom de l'association qui s'appelle dès lors "métal JURA".